Le Projet d'Arthon


Après une première réflexion sur la valorisation des ordures ménagères de Châteauroux dans les années 2000, le projet est reparti de zéro il y a quelques années grâce à un collectif d'agriculteurs.

Le projet est porté par une dizaine d'exploitants agricoles en partenariat avec l'usine Balsan.

La réalisation est soumise également à une réflexion sur la valorisation du biogaz (portage ou injection).

L'OIER des Bordes et le Lycée Agricole Naturapolis de Châteauroux sont apporteurs de matières et associés au projet.

Le gisement est évalué à près de 30 000 tonnes dont plus de 16 000 d'origine agricole.